S01E11 – De l’immobilier 2.0 : les faits par Sébastien

by Économie et Gestion

Le secteur de l’immobilier est vaste. Prenons la recherche d’un bien où tout se passe maintenant sur quasi uniquement nos smartphones et tablettes avec de multiples alertes que nous envoient SeLoger, PAP ou encore LeBonCoin. Ces plateformes repensent de plus en plus l’expérience client à la lumière de ce qu’il est possible de faire aujourd’hui avec les chatbots, l’intelligence artificielle ou encore la réalité augmentée et la modélisation 3D. L’analyse des prix au mètre carré avec MeilleursAgents ou les plateformes que j’ai citées précédemment. Ou encore les comparateurs de taux pour identifier la meilleure banque pour le prêt immobilier ou les sites comme le leader MeilleurTaux ou Empruntis. En passant par l’aménagement intérieur de votre bien nouvellement acheté dont de nombreuses startups se proposent de s’occuper, et sur lequel beaucoup d’architectes d’intérieurs se battent pour avoir la part belle dans les résultats de recherche sur Google. Difficile enfin de passer à côté de la déferlante « maison intelligente » ou « smart home » comme disent les spécialistes de ce milieu, qui cherche à équiper votre intérieur des dernières technologies et objets connectés pour vous rendre la vie plus facile, on peut citer Nest ou le français Netatmo pour la gestion de votre maison connectée, Alexa ou encore Google Home pour la diriger à la voix. J’allais oublier bien sûr les notaires dont on aimerait tous pouvoir se passer et qui vivent aussi leur révolution digitale grâce au cloud et à la dématérialisation, et qui regardent avec attention comment la blockchain pourrait demain les désintermédier totalement.

Selon le site Notaires.fr, 965 000 transactions ont été réalisées sur douze mois glissants pour une hausse de 10,9 % sur un an. Sachant que toujours selon la même source, la hausse des prix se poursuit dans l’ancien avec +3,4 % au quatrième trimestre 2017 par rapport au quatrième trimestre 2016. Une croissance plus marquée en Île-de-France avec une augmentation des prix de vente des logements anciens de 5,1 % sur un an au quatrième trimestre 2017. Et finalement, les encours de crédits à l’habitat continuent de croître (5,8 % sur un an) et les taux d’emprunt restent bas (1,61 % en moyenne). Le marché de l’immobilier vit à nouveau un regain significatif ces derniers mois mais dont la tendance à venir est plutôt à la stabilisation.

Je baigne justement dans tout cela actuellement puisque nous avons décidé de vendre notre appartement pour trouver prochainement notre futur chez nous en banlieue parisienne. J’ai donc pour le moment pas mal testé d’applications pour mes recherches, et j’avoue que la promesse d’une expérience client revue et corrigée ne m’a pas encore frappé. Je perds toujours autant de temps sur les trop nombreux critères disponibles, le peu d’utilisabilité de certaines applications incontournables par ailleurs car vecteur de nombreuses annonces. Et sans compter, mon expérience avec la banque qui pour le moment se révèle à nouveau désastreuse, totalement non digitale et nécessairement en agence pour pouvoir financer mon projet. J’ai d’ailleurs rendez-vous avec mon conseiller ce week-end car apparemment une grosse erreur a été faite sur les hypothèses de financement de notre bien, résultat je viens de perdre 6 semaines dans mes recherches.

Comme nous l’avons vu, la tendance est de chercher à améliorer l’expérience client grâce aux nouvelles technologies et aux nouveaux usages du numérique. Pour autant, le processus global de vente, achat, crédit, notaire et sans compter sur la règlementation incompréhensible du secteur et les multiples erreurs de tous les intermédiaires dans la chaîne globale d’un projet de ce type, rendent tout cela extrêmement stressant et énergivore. La question que j’aurais envie de poser aujourd’hui est : à quand la vraie intelligence artificielle qui s’occupe de tout de bout en bout en ayant juste à nous solliciter pour donner le GO à chaque étape ? 

Sébastien Bourguignon