S01E10 – De la lecture 2.0 : les chroniques de San Francisco par Barbara

by Arts et Littératures

C’est parce qu’il est toujours bon de connaître la valeur des choses que j’aimerai partager avec vous le prix de l’objet du délit. 129,99$ c’est le prix du Kindle Kid spécial qui permet aux enfants d’avoir une tablette qui a pour objet la lecture mais pour utilisation le jeu ! Alors c’est vrai comparé au prix d’une Tesla c’est « peanuts », mais moi qui suis devenue allergique aux Peanuts depuis que je vis aux Etats-Unis, je me dis que 130 dollars pour un objet qui va finir oublié dans un Starbucks ça fait un peu cher. Parce que si je compte bien cela représente 13 livres à 10$, 26 livres à 5$ et 5 à 10 ans de Bibliothèque selon l’endroit où vous vivez.

Mais je dois avouer que personnellement, en tant qu’adulte, j’adore le Kindle. Je pense même avoir été dans les premières à précommander cet objet qui facilite la lecture et libère de l’espace dans la maison. Je me souviens avoir adoré ranger dans un carton tous mes livres, comme je l’avais fait pour mes CD à l’arrivée d’iTunes, afin de libérer de la place sur les étagères de ma bibliothèque pour y ranger les jouets de bébé et même un aquarium pour « Maurice » notre poisson rouge.

Oui je sais, à ce moment de votre lecture électronique, vous vous dites « mais malheureuse, tu as donc perdu l’esprit à ne vouloir que toucher un écran sans âme, sans bruits des pages qui se tournent et sans odeurs des vieux livres. » Mais avouez que le bruit des pages que votre conjoint tourne frénétiquement alors même que vous essayez de vous endormir ça peut être légèrement agaçant ! C’est parfois tellement énervant que vous finissez par lui acheter un Kindle pour Noël. Et quand, à la fameuse « odeur » des livres dont tous les afficionados d’ouvrages papier vous parlent religieusement, je préfère largement celle des bougies parfumées à celle des vieux livres papier et de la poussière. Au-delà de cette bataille « Papier vs Kindle », il y a le débat de l’avancée technologique. Laissez- moi donc reprendre les mots de Paolo Coelho : « Lorsque l’on ne peut pas revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d’aller de l’avant. » Alors arrêtons d’être nostalgique et allons de l’avant !

Mais attendez …. Quand je regarde de l’avant, la coach sportive qui sommeille toujours en moi se dit : « Oulala ! mais avec le Kindle, ne sommes-nous pas en train de fainéanter et de ramollir ? Car finalement c’est dommage de perdre une opportunité de muscler ses petits bras grâce à un bon 800 pages de Dan Brown, ou de faire fonctionner nos jambes en marchant jusqu’à la librairie tout en préservant les commerçants de quartier. Et là je me dis que j’ai trouvé le coupable responsable de l’obésité, des maladies cardio- vasculaires et de la sédentarité. Il pourrait s’agir du tout puissant Jeff. Ce Jeff Bezos qui te livre tes livres devant ta porte ou dans ton Kindle en un clic sans que tu aies à bouger le moindre petit doigt. Et si ça ne concernait que les livres, ça irait encore … mais Jeff te livre tout : du tire-bouchon aux cacahuètes sans que vous ayez à dépenser une seule calorie.

Cette réflexion me laisse perplexe ! J’hésite donc à me réjouir par cette découverte d’un lien possible entre Amazon et l’obésité ou à me fondre en désespoir devant cette société technologique que je kiffe mais nous transforme en Loukoum.

La meilleure façon de penser à tout ça c’est encore de mettre nos baskets et d’aller courir pour y voir clair et utiliser la fonction première de notre corps : j’ai nommé le Mouvement. Et pendant que l’on court pourquoi ne pas écouter un livre audio grâce à des technologies ingénieuses et des applications Françaises ?

Barbara Meyer