S01E04 – De la médecine 2.0 : les faits par Sébastien

by | Sciences humaines et sociales

Il y a une quinzaine d’années de cela, un collègue un peu mytho nous expliquait qu’il devait se faire opérer du genou par un chirurgien qui avait par ailleurs opéré Bill Clinton de la hanche par satellite ! On a tous bien ri à l’époque. Mais en 2017, lors du Mobile World Congress à Barcelone, on annonçait que des opérations de téléchirurgie à distance seraient désormais possibles à l’aide de robots sophistiqués lors d’interventions chirurgicales où le médecin et le patient se trouveront dans des lieux différents. Mais savez-vous où nous en sommes de l’impact des technologies sur le vivant ?

Il y a quelques années, envisager d’avoir une partie du corps totalement robotisée relevait de la science-fiction, aujourd’hui cela relève du possible et les expérimentations qui ont été réalisées un peu partout dans le monde sont vraiment prometteuses. On a tous entendu parler de Carmat et de son cœur artificiel qui reste encore à peaufiner mais dont la promesse demain est de pouvoir remplacer un cœur défectueux. En France en 2013, on dénombrait 8,3 malades inscrits sur les listes de patients en attente de greffe par million d’habitants, un chiffre en augmentation par rapport à 2011; le sujet est donc brûlant. Les biotechnologies sont aussi en train de révolutionner la manière dont on soigne les maladies génétiques. Prenons le cas de CRISPR-Cas9 développé par Emmanuelle Charpentier une chercheuse française, il permet de modifier plus facilement et plus précisément les séquences d’ADN. CRISPR-Cas9 pourrait résoudre un nombre incalculable de problèmes de santé. Plus globalement, on parle de plus en plus de transhumanisme, un concept développé par Ray Kurzweil qui est le co-fondateur de la Singularity University et directeur de Google AI, il est aussi futuriste.

En France, c’est Laurent Alexandre, fondateur du site web Doctissimo par ailleurs chirurgien et urologue de formation, qui développe cette théorie au travers d’un livre en particulier « La Mort de la mort : comment la technomédecine va bouleverser l’humanité » qu’il a publié en 2011. Selon Kurzweil et Alexandre, nous aurions aujourd’hui parmi nos enfants le premier être humain qui pourra vivre plus de 1000 ans grâce à la combinaison des NBIC (pour Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique, Cognitique). On gagne actuellement 3 mois d’espérance de vie tous les ans grâce à la technologie. Tout cela est-il sans fin, nous dirigeons-nous vers une société totalement résistante à la maladie et à la mort ?

Sébastien Bourguignon