S01E03 – De la pédagogie 2.0 : les faits par Sébastien

by | Sciences humaines et sociales

L’autre jour, je me faisais la réflexion que mes enfants passaient sûrement beaucoup trop de temps devant les écrans de télévision ou sur nos tablettes et smartphones. Tout le monde a un avis là-dessus. Les grands patrons de la Silicon Valley eux-mêmes n’autorisent pas l’utilisation des terminaux mobiles à leurs enfants.

Mais avez-vous une idée de l’état de la situation actuelle ?

Le smartphone existe depuis maintenant un peu plus de 11 ans avec la création de l’iPhone et sa mise en vente en janvier 2007. La première tablette, elle aussi créée par Apple avec l’iPad, a commencé à être commercialisée en avril 2010. Depuis tous les constructeurs se sont engouffrés dans la brèche et ont tous contribué à transformer notre quotidien ; nous faisant passer de simples homosapiens à  l’ère de l’homodigitalitus.

Selon une étude réalisée par comScore et relayée par le blog du modérateur en 2017, nous passons en moyenne 2,3 heures par jour sur nos mobiles. Quant aux 18-24 ans ils passent 3,2 heures en moyenne sur leur smartphone.

En 2016, un rapport produit par l’Académie Américaine de Pédiatrie (ou AAP) relevait que les enfants de moins de 8 ans passaient de moins en moins de temps devant la télévision (de 2,24 heures quotidiennes en 2002 à 1,59 heure en 2012), car elle est concurrencée par les plateformes de streaming comme YouTube et Netflix. Toujours selon l’AAP : « Les enfants d’aujourd’hui grandissent immergés dans un monde d’écrans, ce qui a des effets positifs et négatifs sur le développement. »

Mais tout cela n’est pas sans effet sur le développement de nos chers enfants et adolescents :
• Obésité
• Dépression
• Troubles du sommeil
• Echec scolaire
• Exposition précoce à l’alcool, au tabac et au sexe
• Problèmes relationnels

Voilà autant de maux dont on accuse aujourd’hui ces appareils qui font partie de notre quotidien. Sans oublier les fameuses ondes qu’émettent smartphones et tablettes, qu’on accuse d’être responsable d’autres maux comme le cancer.

Alors faut-il interdire l’utilisation de ces outils d’adultes à nos chères têtes blondes ? Parlons-en !

Sébastien Bourguignon